pour une société consciente et solidaire

Quelle est votre raison d’être ?  Pourquoi ne pourrions nous pas lier le sacré au quotidien ? N’est-ce pas dans le sacré, le divin, le spirituel, que s’inscrit le sens véritable de nos actions ? La dimension sacrée de l’individu  repose sur la communion avec le Divin en soi. La dimension sacrée d’un groupe ou d’une société ne peut se vivre dans le quotidien sans solidarité entre les êtres conscients de leur identité réelle, celle qui intègre le divin, leur essence, leur raison d’Etre, dans la matière.

Notre société de consommation obéit à la loi des marchés et des mainmises d’individus, et de lobbies. Cette vision sociétale a conduit les citoyens à se concentrer sur les valeurs économiques, les systèmes d’exploitation permettant le meilleur profit de l’un au détriment de l’autre, les process, procédures, input alimentant ces systèmes. La société est devenue une grosse machine qui  demande sa nourriture quotidienne pour continuer son exploitation, tout en dévitalisant ceux qui l’alimentent de leur sang, de leur sueur, de leur énergie, de leur âme.
Faut-il écraser l’autre pour survivre ? N’est-il pas possible de vivre un système de solidarité sociale où chacun ait sa place au regard de son essence propre et dans le respect de la Vie ?

Devons-nous devenir des vampires pour avoir moins peur d’être vampirisé par ce système vidé de sens ?

La vitalité est créatrice et créative. L’énergie de Vie est source de vitalité du corps et de l’esprit. Restaurer une organisation sociale digne de son Humanité, fondée sur la vie, n’est-il pas un enjeu prioritaire aujourd’hui ?

Chacun a la responsabilité de participer à créer un monde où nous  pouvons mieux vivre ensemble et cela commence maintenant et ici. Attendre des politiques, des élites, de ceux que nous plaçons au-dessus de nous par considération matérielle ou intellectuelle, décident pour nous, revient à jouer à l’autruche.

Pourquoi les intérêts individuels des nantis et des plus puissants de notre planète rejoindraient-ils ceux de l’intérêt général ? Existe-t-il des états non soumis aux lois du marché et à l’empire des multinationales et des banques sur la planète ? « Les 20 personnes les plus riches du monde ont une fortune personnelle estimée en 2009 à 415 milliards de dollars soit un peu moins que le PIB de la Suisse de 500 milliards de dollars!(Source : Liste des milliardaires du monde en 2009). La captation des richesses de la planète par une minorité enfreint par nature la loi universelle de l’Equilibre et de l’Harmonie. Elle crée inévitablement des conséquences qui seront amenées à être corrigées. Une somme exorbitante de capital détenu par un petit groupe est « équilibrée » par une multitude de dettes dispersées sur un grand nombre, enchevêtrés dans les circuits de la «consommation » mise en exergue comme droit du citoyen, elle-même « équilibrée » par la destruction des richesses de la planète. La spirale se poursuit ainsi pour maintenir l’équilibre au niveau individuel, collectif, planétaire, système solaire, galactique, universel…

Ne pas prendre sa responsabilité individuelle pour semer les graines d’un fonctionnement plus humaniste, solidaire, respectueux de la vie, c’est participer au système de zombies, individus dénués de leur vitalité, de leur capacités à créer, sous perfusion de messages de mort bientôt intimés par des puces électroniques reliées au système directement placées dans le corps des nouveaux nés. Il y a quelques années nous aurions pu dire que cela ressemblait à un film fantastique… Si nous n’affirmons pas notre droit à la Vie, et à la réalisation de notre Etre dans notre vie de tous les jours, véritable raison de notre venue dans cette existence terrestre, nous perdons l’occasion de grandir et d’offrir une chance à nos enfants de vivre en étant heureux et satisfait de son existence !

" La liberté, ce n’est pas la liberté de faire n’importe quoi, c’est le refus de faire ce qui est nuisible." Alexandre Minkowski (médecin français 1975-2004)

 

La société est le reflet de ce que nous impulsons au niveau collectif et individuel. Construire une relation plus juste avec soi, les autres est un engagement à construire une société établie sur un système plus juste, sorti de la loi de la jungle qui est celle de l’animal et non de l’humain conscient. La conscience de l’humanité au niveau planétaire est le résultat des consciences individuelles.

Rhianna

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site